Nos cocktails

Cocktails connus ou cocktail inconnu, l’histoire, les ingrédients et plus d’infos insolites sur les cocktails que l’on aime.

Le Cocktail Pisco-Sour

Verre de pisco sour

Les ingrédients du cocktail Pisco Sour

  • Pisco
  • Citron vert
  • Sucre de canne
  • Blanc d’oeuf
  • Angostura

Le cocktail « Pisco-Sour » est, comme son nom l’indique, un cocktail à base de pisco. C’est un short drink.
Le pisco est un alcool de raisin distillé (comme le cognac).
Agrémenté d’un blanc d’oeuf battu en neige, de citron vert et de glace pilée, c’est un cocktail léger, frais et acidulé.

Le pisco a quel goût?

C’est une eau-de-vie qui descend de l’aguardiente espagnole, c’est donc assez fort et aux parfums de raisins. Certains y trouvent aussi des arômes de vanille ou de citron. Pour produire 1 litre de Pisco, il faut 7 à 12 kilos de raisin.

Le Pisco? Ça vient d’où?

Il peut être chilien ou péruvien, les deux en revendiquent la paternité. Mais pourquoi?
Tout simplement, car, quand les espagnols au temps des colonies importèrent des cépages des Canaries pour produire surtout du vin, c’était un seul et même territoire.
La discorde arriva plus tard.

Alors Pérou?

Si les péruviens peuvent se prévaloir d’avoir une province nommée Pisco, où se trouve le Rio Pisco, qui se jette dans l’atlantique, pas loin de la ville de Pisco et de son port d’où partait la production locale d’eau-de-vie, spiritueux, vins et autres denrées, dès le 16ème siècle.
Quid des chiliens quelque peu éloignés de cette ville de Pisco?

Ou chili?

Qu’en est-il alors de la légitimité des chiliens sur l’utilisation du terme pisco pour leur eau-de-vie (qui n’a d’ailleurs pas les mêmes standards de fabrication)?
Premièrement, le Chili a lui aussi une commune du nom de Pisco Elqui (Ville La Union jusqu’en 1936, date à laquelle son nom a été transformé).
Deuxièmement, grâce aux recherches d’un historien Argentin vivant au Chili, Pablo Lacoste.
En effet, celui-ci a découvert dans des archives, le testament de Marcelino Gonzalès Guerrero, daté de 1733, qui transmettait notamment des jarres de pisco.

Et donc?

Et voilà, ça s’est réglé, la balle au centre… Ou presque, comme évoqué précédemment nous sommes sur des alcools proche mais pas similaires. Les deux se battent pour faire valoir leur droit à utiliser la dénomination. Ici on sert les deux, pas de jaloux.

Et le cocktail? Qui l’a inventé?

Si les premiers mélanges à base de pisco seraient apparu aux environs de 1700, le premier cocktail Pisco Sour est attribué à un américain, Victor Vaughen Morris, début des années 1920, c’est dans son bar de Lima au Pérou, qu’il aurait créé et servi ce nouveau cocktail. C’est à la fin des années 20 que Mario Bruiget, un barman péruvien, développera, toujours au Morris’ Bar, la recette du cocktail qui nous est parvenue aujourd’hui et que vous pouvez découvrir à Montorgueuil, il fait même partie de notre sélection de cocktails en happy-hour de 18h à 21h.


Le Old Fashioned

Verre de bourbon sour

Les ingrédients du Old-Fashioned

  • Whisky ou bourbon
  • Sucre
  • Cerise amaretto
  • Bitter Angostura
  • Zest

Le cocktail Old-Fashioned, c’est quoi?

Ce cocktail est un short drink qui se compose simplement de whisky ou de bourbon (suivant les goûts), de sucre, de bitter, ainsi que d’une cerise amaretto et d’un zeste d’orange, mais on dit pourtant qu’il existe autant de Old Fashioned que de barmen. Aussi, le Old Fashioned est un cocktail qui peut se servir en apéritif.

Et son histoire?

Le nom du cocktail

Tout d’abord, le cocktail « Old Fashioned » est la contraction de « whiskey-cocktail » et de « old fashioned ».
– Premièrement, dès 1806 le cocktail est défini comme le mélange d’un alcool fort, de sucre, de bitter et d’eau, d’où le terme de: « à l’ancienne » ou « old fashioned »…
– Deuxièmement, Jerry Thomas publie en 1862 « How to Mix Drinks or The Bon-Vivant’s Companion » (un guide à l’attention des barmen) où il défini les premiers « whiskey-cocktails ».
Ainsi, il les compose d’abord de sirop de gomme, ensuite de bitter et pour finir de whisky.
– C’est pourquoi, c’est la contraction de « whisky cocktail old fashioned », un cocktail de whisky fait « à l’ancienne ».
Mais ça n’est toujours pas une recette, alors quand le nom a-t-il été officialisé?

L’apparition du cocktail « Old-Fashioned »

Par conséquent, le premier Old Fashioned, en tant que tel, apparaît en 1880 dans un club de Louisville , Kentucky(USA). Ainsi, c’est dans ce club privé, du nom de Pendennis, que James E. Pepper avec le barman, Martin Cuneo, conçoivent le Old Fashioned tel qu’on le connait.
C’est ainsi que James E. Pepper aurait ensuite « exporté » ce cocktail à l’hôtel Waldorf de New-York où il finira par acquérir ses titres de noblesse en étant servi aux grands événements mondains de l’époque.

Et maintenant?

Finalement, quelque peu tombé en désuétude, il a fait son retour grâce au petit et au grand écran, notamment grâce à la série Mad Men mais aussi grâce au rôle de Ryan Gosling dans « Crazy, Stupid, Love ».

En 2015, Louisville le reconnait même comme cocktail officiel de la ville. Ainsi, il est un des cocktails les plus connus au monde et est sélectionné par l’association internationale des barmen, l’IBA (International Bartender Association) pour le concours mondial de cocktails des barmen, et vous pouvez en déguster un excellent (avec modération), à Paris Montorgueil au 43 rue Saint Sauveur.


Manhattan Cocktail

Les ingrédients du Manhattan

  • Rye whisky
  • Vermouth rouge doux
  • un trait de bitter
  • et souvent une petite cerise amaretto

Le cocktail Manhattan est un short drink. C’est un mélange à base de whisky sec, de Noilly-Prat et d’un trait de bitter Angostura. A la fois très parfumé, légèrement sucré et amer, c’est cocktail désaltérant.

Rye whisky et vermouth qu’est-ce que c’est?

Commençons par le rye whisky:

A l’origine c’était un whisky de seigle.
Les colons européens créèrent ce whisky, dans le nord est des états-unis à la fin du 18ème siècle. La prohibition eu plus tard, en grande partie, raison de la production américaine.
Aujourd’hui, le « Rye Whisky », qu’il soit canadien ou américain, n’a pas d’obligation de contenir de seigle au regard de la législation canadienne; mais doit en être composé au minimum de 51% pour les US.
C’est un whisky qui est plutôt sec et râpeux à l’opposé de son cousin du continent américain, le bourbon.

Ensuite le Vermouth:

La France et d’Italie sont les plus gros producteurs de vermouth, il peut être rouge ou blanc.
Celui que vous connaissez tous, le Martini n’en est, en fait, pas réellement un.
En effet, il devrait titrer à 14,5° minimum alors qu’il ne fait que 14,4°. Pourtant il se compose bien, comme les autres vermouth, d’un vin macéré avec des plantes amères et toniques (chacun a sa recette de plante additionnelle qui lui est propre, mais le terme vermouth vient de wermutt en allemand qui signifie absinthe…), auquel on a rajouté lors de sa préparation un alcool supplémentaire.

Cocktail Manahattan, pourquoi ce nom?

Ce cocktail a, comme d’autres, une origine controversée. Mais celui-ci non pas concernant le lieu, le Manhattan Club, mais plutôt l’occasion.
En effet, l’histoire raconte que le cocktail aurait été inventé et servi pour la première fois dans ce fameux club, lors d’un dîner politique en l’honneur d’un prétendant à la présidentielle américaine en décembre 1874. Les membres auraient, ensuite, tellement apprécié le breuvage, qu’ils auraient continué à le commander au delà des murs du club.
Pour conclure, même si il existait certainement avant cette illustre soirée, le cocktail du « Manhattan Club », le « cocktail Manhattan » était né.
Aujourd’hui, à la différence d’il y a plus d’un siècle, on y ajoute une cerise Amaretto plutôt qu’un zeste.

%d blogueurs aiment cette page :